Bien sûr, il y a eu quelques petites tensions mais rien de bien méchant. Un regret, les cartons jaunes distribués un peu trop rapidement par M. Augugliaro (6 pour Luzenac !) Le derby ariégeois tant attendu a tenu ses promesses. Une belle promotion du football ariégeois. Malgré la météo capricieuse, les supporters sont venus nombreux (l’entrée du stade de La Châtaigneraie était gratuite). Du côté de Luzenac, la qualification était appréciée à sa juste mesure même si Sébastien Mignotte sait que ses hommes devront faire bien mieux en championnat, dès samedi prochain pour la réception de Blagnac à Paul-Fédou. Les «rouge et bleu» ne feront pas la fine bouche face à ce premier succès de la saison si important pour la confiance. Un match de Coupe de France est toujours un piège pour le favori. Le LAP n’y a pas échappé. En manque de confiance, de repères, le club de National 3 a vacillé mais jamais rompu. Il a surtout forcé son destin. Alors que la barre a une nouvelle fois renvoyé une frappe ariégeoise (la 5e de l’année), le LAP a arraché la décision avec les tripes. Sans s’affoler, en passant par les côtés (les deux buts viennent de deux centres). Le soulagement était à la hauteur de la peur ressentie pendant 84 minutes. À force d’essayer, Luzenac a enfin eu la réussite qui le fuit depuis le début de la saison. Maître du ballon, il a pourtant manqué l’étincelle au LAP pour faire la différence bien plus tôt. Il lui faut persévérer. On sent pourtant les «rouge et bleu» avec le frein à main. Les absences n’expliquent pas tout. Certains doivent passer la vitesse lsupérieure, dans l’engagement, dans la vitesse d’exécution. Sur ses qualités, Luzenac vaut bien mieux. Le déclic à Pamiers ? On verra. Et si le LAP a été embêté dans son expression collective, il le doit aussi à un adversaire appaméen sans complexes. Quand Carneiro est venu ouvrir le score à un quart d’heure de la fin, les supporters appaméens pensaient bien que leurs protégés avaient fait un grand pas vers l’exploit. Il n’était pas loin. Le FCP avait bien préparé son «coup.» Laisser volontairement le ballon au LAP et l’attendre en «bloc» parfaitement hermétique. Sur le banc du FCP, on a pu entendre un «n’allez pas les chercher» qui voulait tout dire. Et quand les copains de Morel récupéraient le ballon, ils l’exploitaient plutôt bien vers le trio Carneiro-Sow-Carrez, toujours dangereux pour l’arrière-garde luzenacienne. Dominé, le FCP n’a jamais «balancé «pour repousser le ballon. Il a montré de belles promesses pour un championnat de DHR où il aura sans doute son mot à dire même si la tactique à adopter sera tout autre.
Samedi, il y a eu un qualifié mais bien deux vainqueurs. Tout le monde est content.

fc Pamiers (DHR) 1 – Luzenac (national 3) 2
(M-T : 0-0). Arbitrage de M. Ivan Augugliaro assisté de MM. Damien Coudert et Seghir Ghettouche. Délégué principal : M. Serge Jegat.
Pour Pamiers : Carneiro (74e).
Pour Luzenac : Maurice (84e), Ventribout (90e+2).
FC PAMIERS. Morel; Resplandy, Abad, Raposo (puis Garcia, 44e), Ventrice (cap.), Salvy, Bani, Sow, Carneiro (puis Mistou, 80e), Tankoul (puis Luca, 67e), Carrez. Entraîneur : Frédéric Massat.
Avertissements : Resplandy (13e), Carrez (17e).
LUZENAC AP. Gauci; Abou, Lopez (puis Bonne, 44e), Garcia, Karaboualy (cap.), Cauderlier, Chinchilla, Traoré, Maurice, Lieu (puis Ventribout, 45e), N’Diaye (puis Bayiha, 75e). Entraîneur : Sébastien Mignotte.
Avertissements : Lopez (14e), Gauci (17e), Cauderlier (30e), Abou (32e), Karaboualy (90e+3), Maurice (après le coup de sifflet final).

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/09/11/2642946-un-qualifie-mais-deux-vainqueurs.html#sx8VcB3LWEjuOjxf.99