Le FCP pourra nourrir des regrets et laisse encore passer sa chance à Fonsorbes, au terme d’une rencontre qui s’est soldée sur la victoire des Toulousains sur le score de 3 buts à 2. Chaque équipe aura eu sa mi-temps ; Fonsorbes ouvrira logiquement la marque sur corner, à la 21e minute, après domination, montrant à ce moment de la partie une bonne maîtrise des débats. Le FCP, à l’ouvrage, tente de belles choses mais butte sans cesse sur une belle équipe de Fonsorbes qui justifie sa place dans le haut du classement. Le second acte débute tambour battant après des locaux qui s’appliquent balle au pied, donnant parfois le tourni à une défense appaméenne aux abbois à chaque incursion adverse. « Jeannot » Diaz, le coach de Pamiers, procède à plusieurs changements demandant à son groupe de jouer plus haut. A ce moment de la partie, le public, nombreux dans les tribunes assiste à un joli spectacle, une rencontre qui semble s ‘annoncer indécise jusqu’au bout, tant les deux équipes donnent du cœur à l’ouvrage dans le jeu. Fonsorbes appuie encore sur l’accélérateur et fait trembler les filets à la 57eme minute, sur une course folle d’Albertini, qui après un festival de dribles crucifie en force Virgil Pelous, le portier appaméen, impeccable samedi soir dans barres. Luca, Pavon Ferreira pour le FCP sonnent la révolte et font passer le frisson dans le camp local, avec notamment cette frappe détournée en corner du bout des doigts par le portier local, ou encore ce tacle salvateur sur Fereira à deux doigts d’ajuster Bertos. Pamiers pousse et sur contre, se fait piéger. 3 à 0 à 20 minutes de la fin. Les carottes semblent cette fois bien cuite. Le FCP est touché, mais pas coulé, preuve en est avec cette réaction immédiate de Pamiers où Goudy s’élève plus haut que tout le monde de la surface de réparation en inscrivant un joli but de la tête. Le FCP se met à y croire, Fonsorbes accumule les fautes, regroupé derrière. Coup de Pavon, dévié de la tête par Hantout, Pamiers revient à 3 à 2 à seulement dix minutes de la fin. Les deux bancs sont debout, Pamiers campe dans le camp adverse, Fonsorbes envoie des longs ballons devant. Ferreira, puis ensuite Guemour auront leur chance, mais les toulousains conserveront leur maigre avantage jusqu’au bout.